LIVRE Deux journalistes françaises, installées à New York, croquent le quotidien des New-Yorkaises
La pintade, un volatile bavard, indocile et fardé
--------------------------------------------------------------------------------

Un livre sur les pintades ! Qui aurait pu croire que cela plairait aux femmes et qui plus est, qu’elles allaient en
redemander ? Et bien Laure Watrin et Leyla Demay ont réussi cet exploit : décrire la vie trépidante de cet
oiseau. De nos jours, tout le monde connaît la pintade mais très peu de personnes ont vraiment réussi à l’
amadouer et à véritablement entrer dans son intimité.

Avec leur livre « Les Pintades à New York », Laure et Layla entrouvrent une porte jusque là restée close et
nous livrent un recueil très intéressant sur les us et coutûmes de cet animal, quelque peu surprenant,
évoluant dans une ville où tout est en mouvement constant, la Big Apple.

Au fait, aurais-je oublié de préciser un point essentiel sur cet ouvrage ? Les fameuses pintades croquées dans ce
livre, ne sont rien d’autres que les New-Yorkaises ! Une façon très amusante d’utiliser, non sans humour, ce
nom d’oiseau donné aux femmes par certains messieurs en manque d’imagination.

Laure Watrin et Leyla Demay, deux journalistes françaises, installées à New York avec maris et enfants depuis
plusieurs années, sont assez fières d’être devenues des membres à part entière de cette communauté,
officiellement déclarée, « les pintades ».

Elles ont décidé de nous décrire, dans un ouvrage à la fois drôle, caustique et tellement réaliste, la vie de ces
femmes de la ville, pas n’importe quelle ville, New York.

Ces chroniques de la vie des New-Yorkaises pourrait se situer entre la série, qu’elles ont appris à connaître ici,
« Sex and the City », et le quotidien de toute bonne mère de famille qui se respecte.

Nos deux consœurs ont mené six mois d’enquêtes pour retranscrire le quotidien de ces femmes, n’hésitant pas
à donner de leur personne afin de nous livrer un état réél de certaines des élucubrations vécues par les femmes
qu’elles ont rencontrées.

Tout cela peut paraître en dehors de la réalité pour certains ou tout simplement extrêmement naturel pour d’
autres, toujours est-il que leur quotidien ne laisse personne indifférent.

Nous savions déjà que New York était une ville où il fallait garder une certaine distance face à toutes les
sollicitations, aussi imprévisibles les unes que les autres, mais là, nous en avons la confirmation.

Le thème des enfants prend une part importante dans leur livre, Laure et Layla expliquent que, en tant que
mères de famille, c’est un sujet qui les touche de près.

C’est ainsi que l’on y apprend ce qu’est une « Professional Mom » ou encore quelles sont les démarches à
suivre pour obtenir une place dans ces « Grandes Écoles » pour bébés, vous savez, celles qui préparent aux
plus grandes universités...

De quoi vous faire rapidement culpabiliser sur la façon, sûrement trop conformiste, dont vous élevez vos
enfants. Les efforts de nos pintades ne vont pas s’arrêter là. En effet, il est important que votre bébé (de 0 à 6
mois) ait la maîtrise des langues étrangères, de la musique, de l’art, bref qu’il ait tout en main pour devenir le
parfait petit génie.

Cet excès dans leurs rôles de mères peut paraître surprenant mais ne va pas s’arrêter aux enfants. On retrouve
le même engouement lorsqu’il s’agit de son chien ou tout simplement de l’entretien de son corps.

Pas question de ne pas obtenir le meilleur dans tous les domaines et c’est pourquoi, toute bonne New-
Yorkaise aujourd’hui se doit d’avoir son « personnal trainer » pour tout et n’importe quoi. Les sujets ne
manquent pas. « Ce qui est inquiétant, expliquent les auteurs, c’est qu’il faut à ces femmes une sorte de
‘gourou’ pour pouvoir accomplir quelque chose. »

Les activités sportives, les relations sociales ou amoureuses, le shopping, la beauté, les enfants, tout y est passé
en revue avec pour chaque thème ses bonnes (ou mauvaises) adresses, toutes testées pour vous par Laure et
Leyla. La lecture de ce livre permet surtout de découvrir cette volonté chez la New-Yorkaise d’aller explorer
tous les sujets sans crainte ni honte.

Du regard inquiétant que l’on peut porter sur ces femmes dès le début de la lecture, nous passons assez
rapidement à un sentiment d’affection voire de tendresse pour ces « pintades », tant elles restent sincère dans
ce qu’elles entreprennent.

Ces chroniques de la vie des New-Yorkaises donnent un aperçu et une vision nouvelle de cette ville et de ses
habitants qui ne cesseront jamais de faire parler d’eux.

Par Catya MARTIN

Les Pintades à New York
Éditions Jacob-Duvernet
Disponible chez Home and Haven
243 Smith Street (at Douglass Street), Brooklyn,
Tel : (718) 875 1775.
www.lespintades.com